IBM Planning Analytics : Les bonnes pratiques des règles de calcul

Planning Analytics : L’importance de suivre les bonnes pratiques !

L’outil d’élaboration budgétaire Planning Analytics (anciennement TM1) est permissif sur la manière de développer le modèle de données. Cette flexibilité s’accompagne d’un risque de mauvaise conception pouvant avoir des effets en cascade sur l’application : performance désastreuses, maintenance difficile …

Les règles de cube sur IBM Planning Analytics sont généralement la cause principale de lenteur d’un projet. Si celles-ci sont utilisées à mauvais escient et / ou ne suivent pas de bonnes pratiques, très vite de longs temps de calcul vont survenir lors des saisies ou consultation des données, créant de la frustration chez les utilisateurs et opérationnels, sans parler de l’utilisation de la mémoire qui peut croitre de façon disproportionnée. C’est pourquoi, nous allons aborder dans cet article quelques pistes pour savoir si le choix des règles est pertinent.

Planning Analytics : Règles vs Consolidations

Avant de choisir entre l’utilisation de règle ou de processus TurboIntegrator, il faut toujours se poser la question de la possibilité de passer par les consolidations d’éléments de dimension.

Même si les consolidations sont limitées aux additions et soustractions, et ne peuvent utiliser de conditions, celles-ci sont optimisées. Ainsi, chaque calcul qui rentre dans ce cadre doit se faire via consolidation. Du fait de cette optimisation, ceux-ci sont bien plus rapides que les règles, en plus de ne pas nécessiter de feeders. Il faut privilégier les consolidations aux règles quand c’est possible.

Ainsi gardez à l’esprit que vous pouvez modifier la “pondération” de vos éléments, en définissant la façon dont s’ils s’agrègent. Dans cet exemple, “marge brute” est le résultat de la consolidation deux éléments :

  • Ventes qui se pondère via un poids de 1
  • Coûts variables qui se pondère via un poids de -1
  • La résultante sera donc 40 000, correspondant à 65 000 (ventes) - 25 000 (CV)

IBM Planning Analytics : Les bonnes pratiques des règles de calcul

Planning Analytics : Règles vs Processus TurboIntegrator

Concernant la différence d’utilisation entre les règles et des processus TurboIntegrator, il s’agit de se poser plusieurs questions :

Sur quels niveaux de cellules les calculs doivent être effectués ?

Une des questions les plus discriminatoires entre Processus et Règles va être de savoir si les calculs doivent se faire à des niveaux consolidés ou non. À partir du moment où les calculs doivent être faits sur des niveaux consolidés comme des prix moyens, écarts ou des ratios, les règles seront la seule option. En effet, les processus TI ne peuvent pas insérer de données numériques sur des niveaux consolidés.

Le timing ?

De manière générale, dans les projets d’élaboration budgétaire, l’impact des saisies doit être connu en temps réel. Dans ce cas, les règles seront souvent privilégiées. Toutefois, les processus TurboIntegrator ne sont pas pour autant à écarter, car ils peuvent précalculer des cellules ou s’exécuter en quelques secondes, la “latence” ne sera pas perceptible.

Quid de la mémoire consommée et rapidité d’affichage ?

Même si l’exécution des processus TI consomme des ressources, elles ne sont utilisées qu’à l’exécution. Une fois le calcul réalisé via le processus, le résultat sera stocké en “dur” dans des cellules de type “simple”. Il faut savoir que l’extraction, - comprendre l’affichage dans vos écrans et vues de cubes, - d’une cellule “simple” où aucun calcul n’est appliqué sera toujours plus rapide qu’une cellule calculée. Une cellule simple est stockée “physiquement” alors qu’une cellule calculée est “virtuelle”, c’est-à-dire que Planning Analytics consomme des ressources dès qu’il a besoin d’en extraire la valeur (le calcul devant être réalisé).

De plus, les feeders associés aux règles mobilisent des ressources dès le démarrage du projet, et cette mémoire sera toujours utilisée.

Les deux méthodes utilisent en fonction de l’usage des cellules, de la mémoire :

  • Si seulement une fraction des cellules calculées doit être affichée, plus de mémoire sera utilisée par les processus TurboIntegrator, toutes les cellules étant stockées, consultées ou non.
  • Si une fraction importante de cellules calculées est consultée, plus de mémoire sera utilisée par des règles, les calculs devant être fais en direct et leurs feeders stockés.

Sachant que les cubes de données sont des BDD multidimensionnelles, si un cube sert à des analyses avancées avec de nombreux axes d’analyses (dimensions), vous pouvez facilement avoir des volumes de données important créant des millions de croisements. Ce choix entre processus et règles pourra donc être impactant, surtout si les règles ne suivent pas de bonnes pratiques.

La traçabilité du calcul dans Planning Analytics

Pour une cellule “calculée” par processus, une fois celui-ci terminé, il est impossible de tracer le calcul qui a été réalisé par ce dernier. En revanche, dans le cas des règles, au sein des vues de cube de données, il est possible de visualiser le calcul effectué.

Conclusion

Le choix entre règles, processus TurboIntegrator et consolidations s’évalue pour chaque cas, un projet est toujours une combinaison hybride entre les trois.

Pour résumer, voici un tableau récapitulatif des fonctionnalités de chacun :

IBM Planning Analytics : Les bonnes pratiques des règles de calcul

Vous souhaitez bénéficier d'experts, de développeurs, ou d'une formation sur IBM Planning Analytics ? Rendez vous sur la page Contact